L’information

Partagez cette page…

La télévision ne se borne pas à nous habituer à la violence et à l’insensibilité, elle nous manipule en nous “mésinformant” et nous désinformant.
On nous refuse souvent la véritable information, en nous en donnant une version tronquée ou twistée, en omettant même
complétement certains faits ou événements. Sans parler d’événements quelquefois mineurs ou du moins sans
exceptionnalité qu’on monte en épingle pour en faire des événements d’importance nationale.

Ils nous manipulent en rapportant des faits ou des paroles de manière totalement déformée, en répétant ces informations
déformées encore et encore, sous plusieurs formes pour qu’elles entrent bien dans la tête des gens. Des gens qui se répètent et se repassent ces informations faussées :
– si, si, je te jure, je l’ai entendu à la télé !
– t’es sûr ?
– Oui ! sûr ! c’est un économiste qui l’a dit !
– Ah bon ! si c’est un économiste qui l’a dit ! Il en sait plus que nous sur le sujet !

Nous allons voir que les économistes choisis par la télé sont justement une des armes puissantes pour nous manipuler.
Pour se rendre compte de cette large manipulation, vous pouvez essayer de trouver ce documentaire “Les nouveaux chiens de garde”, de Gilles Balbastre & Yannick Kergoat.

Mais qui donc nous informe ?

C’est assez simple en fait. Les chaînes de télévision qui n’appartiennent pas à l’État appartiennent à :

Groupe propriétaireChaînes de télé
Bouygues (groupe TF1)TF1, TMC, NT1, HD1, LCI, TVBreizh, Histoire, UshuaïaTv, Série Club (50% des parts) (+ 2
chaînes en Belgique, AB3 & AB4)
Vincent Bolloré (Groupe
Canal+)
C8, CStar, CNews, la série des Canal+, Ciné+, Comédie+, Planète+, Télétoon, Piwi+, les
chaînes OCS, Pink (chaîne X)
CLT (Luxembourg) +
Lyonnaise des Eaux (Groupe
M6)
M6, W9, 6ter, Paris Première, Teva, Music, Girondins TV, Série Club (50% des parts)
Alain Weil (51%) + SFR
Group(49%)
BFMTV, Numéro 23, RMC découverte

Bolloré a fait “monter” Zemmour en utilisant ses armes médiatiques. Zemmour aurait-il fait autant le buzz sinon ? Probablement pas. Depuis quelques années, les médias dédiabolisent l’extrême-droite, habituent le public à une violence de plus en plus extrême en montrant systématiquement des reportages ou des fictions où la violence est soit justifiée voire félicitée parce qu’émanant du pouvoir en place (émissions où l’on suit des policiers par exemple, séquences d’arrestations mouvementées), soit condamnée sans appel quand elle émane de minorités ou de gens excédés (faits divers soigneusement choisis, actions dans les manifs), soit et c’est pire, souvent ignorée ou minorée quand elle émane de groupuscules d’extrême droite.

Partagez cette page…